Ouagadougou / Burkina Faso
226 - 25 50 80 64/ 25 40 21 66
contact@voixdefemmes.bf

Session de formation des imams sur le guide prêche sur le mariage d’enfants et l’excision.

 

Dans le cadre du projet ‘’consensus communautaire pour mettre fin à l’excision, aux mariages d’enfants et aux violences faites aux enfants dans la région du centre’’, Voix de Femmes a organisé le 29/11/2023 une session de renforcement des connaissances des imams de 10 villages de la commune rurale de Saaba sur l’utilisation du guide de prêche sur le mariage d’enfants et l’excision.

L’objectif de la formation était de renforcer les connaissances des participants sur les violences faites aux enfants en général, du mariage d’enfants et l’excision en particulier dans le but de leur permettre de sensibiliser la communauté musulmane de leur localité. Au total 16 personnes ont participé à l’activité.

Déroulement de la session

Mots introductifs  

A l’entame de la session qui à débuté à 09h 30mn, les facilitateur monsieur KOUMI a pris la parole pour introduire la Technicienne d’appui communautaire de Voix de Femmes  œuvrant  dans la commune dans le cadre du projet. Celle-ci a souhaité la bienvenue aux participants et rappelé le contexte de la session, avant de terminer par leur souhaiter une bonne séance de travail. A sa suite, place à été  faite à la présentation des participants et aux informations administratives et à la méthodologie qui sera utilisée.

Ainsi concernant la méthodologie, le facilitateur a opté pour les travaux en groupe suivi des échanges en plénière.

Thématiques de la session

Concernant la session proprement dite, le facilitateur a indiqué les thèmes qui feront l’objet des échanges.  Ce sont : la définition de l’enfant selon l’islam,  les droits de l’enfant,  les violences faites aux enfants y compris l’excision,  le mariage d’enfants et le mariage forcé.

Les travaux de groupe

Monsieur KOUMI a demandé aux participants de constituer 03 groupes pour des travaux.  L’exercice consistait pour chaque groupe à définir l’enfant,  citer 05 de ses droits et 05 violences faites aux  enfants.

La plénière

A cette  étape, chaque groupe devait soumettre à la discussion son travail afin que les propositions justes soient soit retenues. Le facilitateur facilitait les échanges et expliquait davantage les notions, concepts et apportait des compléments pour une meilleure compréhension des participants.

Ainsi concernant la définition de l’enfant,  plusieurs propositions ont été  faites et après discussion ,il a été retenu que l’enfant est un humain de moins de 18 ans. Qu’en est-il des droits de l’enfant ?

Pour ce qui est des droits de l’enfant, les participants ont mentionné les  éléments suivants :

  • Droit à l’identité,
  • Droit à l’apprentissage de la religion,
  • Droit à l’alimentation,
  • Droit à l’habillement,
  • Droit à la santé,
  • Droit à l’habitat.

Ces propositions, ont été reprises par le facilitateur avec des compléments et des conformément aux contenus du guide de prêche  en les expliquant davantage et en indiquant la typologie auxquelles ils appartiennent.  Ainsi il a mis en exergue les types que sont les droits culturels, économiques, politiques et  sociaux avant d’aborder la pratique de l’excision qui est une violation des droits de  l’enfant.

Excision

Sur cette thématique,  le facilitateur a développé les conséquences dramatiques de cette pratique sur la  victime, la famille et toute  la société. Il a évoqué entre autres les chéloïdes, les accouchements difficiles avec parfois la mort de la mère et/ou du bébé, le refus par la victime des rapports sexuels dans sont foyers dû au traumatisme subi lors de l’opération.

Monsieur KOUMI a indiqué également le fait que la pratique ne soit pas une prescription/recommandation de l’islam ; de ce point de vue, les imams doivent contribuer activement à décourager l’excision dans la communauté notamment auprès des musulmans. Après l’excision, la communication de facilitateur a aussi porté  sur les mariage d’enfants le mariage forcé qui sont également un violation de droits. .

Mariage d’enfants et le mariage forcé

Dans son développement,  le facilitateur a relevé la différence qu’il y a entre ces deux concepts ; et présenter leur conséquences néfastes sur la vie des victimes et de la communauté. Après les échanges sur ces thématiques, celle des violences faites aux enfants a été abordée.

Les violences faites aux enfants

Sur ce point le facilitateur a demandé aux participants de citer les différentes violences qu’ils connaissent. Ceux-ci ont évoqué comme  violences le fait de donner un travail à un enfant qui dépasse ses capacités physiques et intellectuelles, d’empêcher un enfant de s’exprimer,  de priver un enfant de l’alimentation ; l’excision, les coups et blessures.

Suite à  ce travail des participants,  le facilitateur a expliqué de façon approfondie  les types de violences qui sont physiques, psychologiques, économiques, patrimoniales. Il a insisté sur le fait que l’islam n’autorise pas ces violences.  Toutes les thématiques ayant été abordées,  la session a pris fait avec la remise aux participants des guides de prêche,  les registres de mariage et des modèles d’acte de mariage qu’il utiliseront dans leur mosquée respective pour la sensibilisation et la célébration des mariages.

Cette s’est bien achevée avec une note de satisfaction des participants qui n’ont pas manqué de remercier le facilitateur pour la qualité des échanges et des informations reçues avec son concours. Ils ont promis de faire une exploitation judicieuse des différents documents reçus au profit des populations et de la protection des enfants.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *